Biographie de Paul Otlet

Paul Otlet est né le 23 août 1868 et mort le 10 décembre 1944. Il fut également auteur, entrepreneur, juriste et militant, socialiste et pacifiste, il a notamment œuvré afin de permettre aux hommes de vivre en paix. Il est, avec Henri La Fontaine, le créateur de la classification décimale universelle (CDU).

Il convient de revenir sur la rencontre entre ces deux documentalistes. En 1890, Henri La Fontaine et Paul Otlet se rencontrent dans le cabinet d’Edmond Picard. Paul Otlet est, à ce moment-là, stagiaire, et Henri La Fontaine est un des secrétaires. Ils se sont découvert un intérêt commun pour la bibliographie.

Ensemble, ils ont fondé l’Institut international de bibliographie en 1895. Rapidement, Paul Otlet accomplit une œuvre originale dans des domaines aussi diversifiés que la bibliographie, la photographie, la schématique, l’encyclopédie ou la documentation. Ce travail et son célèbre Traité de la documentation, publié en 1934, l’amèneront à être considéré comme le “père de la documentation”. Innovateur, il anticipe avant la Deuxième Guerre Mondiale l’arrivée d’internet.

Durant l’entre-deux-guerres, il poursuit son projet de construction d’une Cité Mondiale, en collaboration avec Le Corbusier ainsi qu’avec le philosophe et sociologue Otto Neurath. Le Palais Mondial-Mundaneum de Bruxelles, situé dans l’aile sud de ce qui est devenu ensuite le « Cinquantenaire » de Bruxelles, permet à Paul Otlet de regrouper ses nombreuses réalisations (musée de la Presse, musée du Livre, Archives encyclopédiques internationales, RBU…) et de regrouper tous les savoirs du monde.

Partant du constat que la connaissance ne se trouve pas seulement dans les livres, Paul Otlet élargit son champ d’action à d’autres sources d’information. Plusieurs sections sont créées entre 1905 et 1910 au sein de l’Institut international de bibliographie pour concrétiser cette idée d’encyclopédie documentaire, dont le Répertoire universel de documentation, l’Institut international de photographie ou le Musée international de la presse.

En 1906, Paul Otlet et Robert Goldschmidt inventent la microfiche normalisée pour gérer la documentation. La microfiche sert à reproduire des livres ou des périodiques et journaux. Elle sera utilisée dans les bibliothèques pour la reproduction. Dans une brochure intitulée Les aspects du livre, Paul Otlet écrit : « Demain la téléphonie n’aura plus de fil, comme déjà la télégraphie s’en est débarrassée. Alors, – qui nous défend d’y croire ? – nous assisterons à une nouvelle transformation du livre […] Chacun portera sur soi, dans son gousset, un tout petit cornet. Il l’accordera d’un tour de vis d’après l’intensité d’ondes adoptée par chaque centre émetteur. »

Le Palais Mondial-Mundaneum de Bruxelles a comporté seize salles didactiques, un répertoire bibliographique (comprenant douze millions de fiches), un musée de la Presse avec 200 000 spécimens de journaux du monde entier, reprenant les collections essentiellement constituées entre 1895 et 1914. Ce Palais mondial fut fermé en 1934 pour libérer de la place et les collections furent plusieurs fois déménagées, à partir de 1941, jusqu’à être finalement installées en 1992 à Mons, en Belgique, dans le bâtiment de l’Indépendance.

Paul Otlet eut aussi, bien avant l’heure, l’intuition d’internet :

« On peut imaginer le télescope électrique, permettant de lire de chez soi des livres exposés dans la salle teleg des grandes bibliothèques, aux pages demandées d’avance. Ce sera le livre téléphoté. »

L’une des tâches essentielles des travailleurs intellectuels était à ses yeux de réaliser « une Encyclopédie universelle et perpétuelle », ayant pour collaborateurs « tous les savants de tous les temps et de tous les pays ».

Paul Otlet était vivement intéressé par le rapport de l’homme à la technique et il a établi une logique d’usage et de réappropriation dans laquelle la technique est un dépassement contrôlé. Il affirmait que « perfectionner le livre, c’est perfectionner l’humanité ».

Après sa mort, son œuvre tombe pour longtemps dans l’oubli, avant d’être récemment redécouverte. Un musée rassemblant les collections survivantes du Mundaneum a été ouvert à Mons (Belgique).

Malheureusement, si Paul Otlet est reconnu dans le monde anglo-saxon comme un précurseur visionnaire d’Internet et de Wikipedia, il est moins connu en France.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s